Infiltrométrie Bâtiment

Infiltrométrie de l'enveloppe 

Aussi appelée “Test à la porte soufflante”, cette méthode permet de vérifier l’étanchéité à l'air d’une maison ou d’une partie d’un bâtiment. Autrement dit, elle permet d'identifier toutes les entrées d'air parasites.
Initié en 2007 avec les premières maisons BBC, le test s'est généralisé en 2013 avec la RT 2012. Il est obligatoire pour être en conformité avec cette réglementation (sauf Annexe VII), ainsi que pour l'obtention de labels environnementaux. Il doit être réalisé par un opérateur certifié et indépendant comme Réseau Expertis.

Réseau Expertis vous accompagne

 Titulaires de la qualification mesurage QUALIBAT 8711, nos opérateurs réalisent la mesure de l’infiltrométrie de votre bâti.
Le test dure 45 minutes. En comptant la préparation, il faut prévoir 2h pour l'ensemble du diagnostic. Dans un premier temps, nous installons notre Blower Door munie d’un capteur de pression pour quantifier le niveau de fuite. Puis manuellement ou grâce à un fumigène, l'opérateur localise les fuites éventuelles. Ce test ne peut être réalisé en cas de vent égal ou supérieur à 25 km/heure.

Un rapport vous est ensuite remis. En cas de test non concluant, nous vous invitons à corriger les fuites identifiées et qualifiées dans votre rapport avant de procéder à un second test.

Quand réaliser ce test d'étanchéité à l'air ?

  • En cours de travaux : aucun caractère obligatoire, il s'agit avant tout de se rassurer sur la qualité des travaux exécutés et de pouvoir aisément corriger d'éventuels défauts. Notre conseil : à faire quand le placo est posé, les bandes juste faites, boîtiers électriques et réseaux sanitaires réalisés.

  • À la fin des travaux, juste avant d'emménager. Notre conseil : attendre que la cuisine, le système de chauffage et de ventilations soient posés.

 


Pourquoi est-ce important de mesurer l’infiltrométrie du bâti ? 

 

En France, l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) a évalué les fuites d'air d'une maison standard. Pour une surface habitable de 100 m², ce sont 200 m3 d'air chaud qui partent chaque heure. Dans l'Hexagone, près de 20 % du parc immobilier nécessite une rénovation thermique.

A quoi ça sert ?

  • Réduire la consommation d'énergie ;

  • Améliorer le confort acoustique et thermique : pas de courant d'air et limitation du bruit extérieur ;

  • Limiter les risques de condensation sur les parois et augmenter la durée de vie des isolants ;

  • Éviter les problèmes de santé liés à une mauvaise qualité de l'air intérieur ;

  • Freiner le développement d'un incendie.

Le cadre réglementaire

La réglementation thermique caractérise la perméabilité à l'air du bâti par un coefficient : Q4Pa-surf. Ce coefficient indique le débit de fuite par m² de surface déperditive hors plancher bas sous une dépression de 4 Pa, et s’exprime en m3/(h.m²).
La RT 2012 rend obligatoire le traitement de la perméabilité à l’air des bâtiments à usage d’habitation. Ce traitement doit être justifié par une mesure, ou en adoptant une démarche certifiée de qualité de l’étanchéité à l’air du bâtiment.
Les seuils réglementaires sont les suivants :

  • 0,6 m3/(h.m²) pour les maisons individuelles

  • 1 m3/(h.m²) pour les logements collectifs

  • aucune exigence de résultat pour le secteur tertiaire

Cette mesure de perméabilité à l'air est valide uniquement si elle est réalisée par un opérateur autorisé par le ministère de la Transition écologique et solidaire : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/.